Les Fées

Les Fées

Voici le principales légendes Côte d'Oriennes sur les Fées:

-Les Fées bienfaisantes :

• Le Château Mignon à Antheuil (Côte-d'Or) , est l'objet d'une légende christiannisée. Les fées avaient résolu de bâtir leur « château » envers et contre tout : « Que Dieu le veuille ou ne le veuille pas, Château-Mignon nous bâtirons». Jamais elles ne purent terminer leur oeuvre , en raison de leur impertinence sacrilège.

• L'église de Hauteville-lès-Dijon , bâtie en appareil en épi , a paru si singulière qu'elle fut imputée aux fées .

• La flèche de pierre ouvragée de l'église Saint-Philibert de Dijon.

• Au mont de Bar (Bar-le-Régulier, en Côte-d'Or), on voit une dalle de roche percée de quantité de petits trous. On dit que c'était là que les fées dansaient.

• Les grottes d'Arcy-sur-Cure (Yonne) , avec leurs déploiements de stalactites, leurs parois tapissées de tentures de calcite, leur joli bassin , seraient aussi l'oeuvre des fées.

• A Cerilly (Yonne) , des archéologues voulurent transporter à Paris la portion de la Pierre aux Fées présentant d'étranges rainures ; les fées mécontentes de ce sacrilège, culbutèrent le chariot ...

 

-  Les Fées malfaisantes :

• A Fixin (en Côte-d'Or) , la Jeannette apparaissait sous la forme d'une dame verte qui s'ébattait dans l'eau d'une source. Si un passant était attiré par ses grâces, la Jeannette , souriante, lui ouvrait les bras et le serrait si fortement que le malheureux ne pouvait plus se libérer quand elle le plongeait dans l'eau jusqu'à complète asphyxie.

Les Follettes, grimpaient sur les chars des paysans qui n'arrivaient pas à s'en débarrasser. Un laboureur n'hésita pas à entrer dans la Saône pour les faire fuir.

La Virouade, à Gemeaux (Côte-d'Or), qui se transformait en serpent; la Fée jaunequi hantait une fontaine dont l'eau donnait la jaunisse; des Dames blanches habitaient une caverne sous la Charme , quiconque aurait eu l'audace d'y pénétrer aurait été noyé dans l'eau de la Fontaine de la Roche.

 

Les Fées du Bois d'Arcy (Yonne) emportaient les enfants au berceau lorsqu'ils se trouvaient seuls et mettaient à leur place les leurs : ceux-ci n'avaient pas de talon.

 

 

- La Beuffenie (Pouilly-en-Auxois, en Côte-d'Or , à l'Isle-sur-Serein , Yonne) , dépeint comme une vieille femme laide et sorcière. Elle hantait les rochers , on la voyait filer en certains endroits. On en menaçait les enfants qui n'étaient pas sages. Le soir du 13 janvier se déroulait, dans plusieurs villages, une curieuse mascarade. Un homme se déguisait en vieille femme , échevelée , la figure souillée, vêtue de noir, et un défilé s'organisait. Les jeunes gens, masqués aussi de la façon la plus hideuse , couraient derrière la Beuffenie , traînant des chaînes de fer ou d'autres ferrailles. La vieille agitait une sonnette, voire un collier de cheval à grelots. Et ainsi tous déambulaient à travers les rues des villages.

La Beuffenie paraît personnifier l'hiver , le mauvais temps , le mal que l'on devait stigmatiser et chasser , en ce jour de fairie.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×